Concert à l'église du bourg de Pabu le 3 octobre 2009

Publié le par Chorale Arpège du Pays de Guingamp

 Au  programme


Ballade Nord-Irlandaise
(Ad. de Renaud)
Cohors generosa
(Zoltán Kodaly)
Stabat Mater
(Zoltán Kodaly)
Ave verum corpus
(W.A. Mozart)
Gloria
(Antonio Vivaldi)
Cantique de Jean Racine
(Gabriel Fauré)
Le chœur des esclaves
(“Nabucco”, Giuseppe Verdi)
Le chœur des forgerons
("Le trouvère", Giuseppe Verdi)
Tout l’monde
(Carla Bruni)
Pot pourri de chansons du XXe siècle
(Ad. D. Zemp)
Monopolis
(“Starmania”, M. Berger / L. Plamondon)
Let the sunshine in
(“Hair”, Mc Dermot)

Chef de chœur : Denis Vanuxem
 
Pianiste : Tési Calloc'h

 

 

Dans le cadre de l'inauguration de la fin des travaux de rénovation de l'église Saint-Tugdual de Pabu, la municipalité de cette localité avait invité la chorale Arpège du Pays de Guingamp.

Cette église a été superbement restaurée, tant au niveau gros œuvre (toiture, charpente, réaménagement intérieur, parvis...) qu'au niveau de la décoration des voûtes refaites à neuf. En effet, Bernard Le Quellec, artiste pabuais, les a entièrement peintes en utilisant la technique dite "a tempera". Les retables ont également été restaurés.

Voici quelques explications sur la technique utilisée par notre peintre (informations provenant du site http://eggtempera.free.fr/fr/) :

La Peinture à l'œuf dite Tempera est une technique de peinture traditionnelle irremplaçable. Bien que très simple, c'est la plus puissante et la plus fiable. Elle est constituée de pigments purs en poudre et d'un médium à base d'œufs de poule. Cette technique fut d'usage courant jusqu'à la fin du XVème siècle, date à laquelle, elle fut supplantée par la peinture à l'huile. La Tempera fut redécouverte au début du XIXème siècle. Son usage est actuellement en expansion, surtout dans les pays Anglo-Saxons.

Le jaune d'œuf est un médium simple et doux respectant la fraicheur des couleurs. Avec le temps, la peinture se durcit et s'améliore. Après l'évaporation de l'eau, très peu de liant subsiste dans la peinture terminée. Cette particularité produit un effet optique d'intensité et de profondeur. Au niveau de l'exécution, la peinture sèche rapidement et se dilue à l'eau. Grace au pouvoir émulsifiant de l'œuf, on peut modifier ou personnaliser son medium par l'adjonction d'huiles et de vernis qui pourront renforcer la peinture. La Tempera peut être travaillée suivant n'importe quel style ou approche personnelle. Pratiquée sur des panneaux de bois, cette peinture est aussi utilisée sur des murs de plâtre sec pour la Fresco Secco.


Pour cette circonstance, l'église était pleine ce qui est toujours agréable tant pour Denis Vanuxem le chef de chœur, Tési Calloc'h la pianiste que pour les choristes. A voir le sourire aux lèvres des spectateurs, on sentait que le plaisir de nous écouter était au rendez-vous.
Après s'être rassemblés par pupitres sous le porche (brrr..., mais la température était tout de même clémente) la chorale fit son entrée en entonnant la Ballade Nord-Irlandaise accompagnée à la flûte traversière par Denis avant de s'installer dans le chœur. Magie de l'instant. Nous reprîmes nos marques, l'année de nos concerts venait vraiment de redémarrer.

Présentations de M. Saliou, maire de Pabu, puis de Pierre Furet le président d'Arpège. Le spectacle pouvait commencer. Yannick Lautrou, notre présentateur introduira chaque œuvre chantée.

Place à la musique sacrée pour commencer. La nef se mit à résonner sous un Gloria de Vivaldi endiablé (les 4 premières parties pour chœur), et le recueillement se fit sentir lors du Stabat Mater de Z. Kodaly ou de l'Ave Verum Corpus de Mozart.
Puis l'opéra fit son entrée par l'interprétation de deux pièces de Verdi : le superbe air des esclaves (tiré du Nabucco) et le tonitruant chœur des bohémiennes du Trouvère. A chaque fois le public retint son souffle avant d'applaudir très chaleureusement.

Vint ensuite la variété, plus légère, mais représentative du XXème siècle. Ce fut le temps des refrains de Marinella, de Vivre ou de Vous permettez monsieur... Chacun put ainsi plonger dans le passé, faire revivre qui sa jeunesse, qui ses parents...

Pour terminer, puisque tout a une fin, la comédie musicale à travers Starmania et Hair, clôtura cette heure et demi de spectacle puis de chauds applaudissements nourris vinrent éclairer cette soirée riche en émotions.

Après le démontage et le rangement des lieux, Arpège fut invité au pot de l'amitié par MM Saliou, maire de Pabu et Loïc Frémont, adjoint et organisateur ce cette manifestation.

La chorale Arpège remercie vivement Pabu pour ces moments de bonheur partagés.

J.-P. Colivet

 

00 DSC01385 01 DSC09845 04 DSC02603 
 05 DSC02608  05 DSC02610  08 DSC02617
 08 DSC02632  09 DSC02595  09 DSC02623
 09 DSC02626    

Publié dans Année 2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article